Fissures Noires


21 Histoires Fantastiques n’attendent que votre lecture pour vous faire frissonner…

Dans le Nord, des élèves d’un car scolaire meurent dans des circonstances inquiétantes. Les cocons de soie rouge qui enveloppent les corps ne seraient pas étrangers au décès des victimes.

1916, sur le front allemand : et si la porte des Enfers n’était pas dans les tranchées, mais au sein d’un mystérieux tableau ?

De nos jours : la fête d’une association frappée par un sniper. Hasard ? Vengeance ? Qui survivra pour raconter ?


ARTICLES DE PRESSE


Avec Chute d’une damnée, Jess Kaan propose une préquelle du Portrait du mal, c’est à dire une analepse, ou, pour ceux qui manquent de vocabulaire français et préfèrent les anglicismes, un flashback. Printemps 1916. Le caporal-estafette allemand a pris ses habitudes dans un bistrot, dégustant son petit verre rituel de genièvre. Un jour son regard d’artiste est attiré par un tableau accroché au fond de la salle. Et ce tableau lui fait de l’œil. Une église de pierre dans une campagne arborée, tout ce qu’il y a de plus banal et pourtant il s’en dégage une solennité qui ne laisse pas indifférent le soldat. La peinture est l’œuvre d’un artiste local, un Flamand. Il lui faut absolument rencontrer ce peintre retiré et vivant en ermite.
Jess Kaan nous réserve une jolie surprise en forme d’épilogue dans un contexte historique qui ne manque pas de sel.

Les lectures de l’Oncle Paul

Fissures noires est avant toute chose un roman qui regroupe 20 nouvelles, qui peuvent êtres courtes (20 pages) et certaines longues (40 pages). Nous plongeons dans un univers extrêmement mystérieux , dans des époques différentes, des styles de vies qui nous sont familier (ou pas).
En commençant ce roman, j’ai vraiment apprécié le style de l’auteur qui a un style fluide et particulier, qui n’en n’est moins très joli et simple à lire. Étant donné que je suis de la région du nord et que l’auteur en parlait (dans sa description, il est marqué que Jess Kaan trouve cette région très sympathique), j’ai apprécié pouvoir découvrir des villes que je connaissais et d’autres pas.
Dans ce roman, il y a, comme je le disais plus haut, un univers sombre et mystérieux, ainsi qu’une ambiance sombre et malsaine. 
Je dois vous avouer qu’à certaines scènesj’ai eu (un peu) peur, mais ce n’est pas du tout un roman d’horreur, seulement l’auteur nous met tellement dans l’ambiance, que ça nous happe totalement.
Les nouvelles se valent au niveau de l’écriture, j’en ai évidemment préféré certaines plus que d’autres au niveau de l’intrigue, mais je ne peux pas dire avoir été déçu par l’une d’entre elles.
Jess Kaan est également très à l’aise dans l’exercice de la nouvelle et (heureusement) ça se sent.
Je voulais féliciter la maison d’édition pour le très beau (et bon) travail fournis pour la première de couverture que j’aime beaucoup
En conclusion, un roman que je vous conseille beaucoup et qui fera le bonheur de certain(e)s et d’autres.

La Passion de Lire